Recherche et développement

PROGRAMME DE RECHERCHE

Le désencombrement bronchique au travers de la rhéologie

Simeox est le résultat de plusieurs années de recherche et de développement en partenariat avec le CRNS et le CRCM (Centre de Ressources et de Compétences pour la Mucoviscidose) de l’hôpital Nord de Marseille (France) 1, 2, 3.

Le programme de recherche PhysioAssist a été dédié à l’étude du mucus bronchique et a permis de développer la technologie présente dans le Simeox.

1 Lafforgue, Olivier & Bouguerra, Nizar & Poncet, Sébastien & Seyssiecq, Isabelle & Favier, Julien & Elkoun, Saïd. (2017). Thermo-physical properties of synthetic mucus for the study of airway clearance. Journal of Biomedical Materials Research Part A. 105. 3025-3033. 10.1002/jbm.a.36161.

2 Lafforgue, Olivier & Seyssiecq, Isabelle &Poncet, Sébastien & Favier, Julien. (2017). Rheological properties of synthetic mucus for airway clearance. Journal of Biomedical Materials Research Part A. . 10.1002/jbm.a.36251.

3 Lafforgue, Olivier & Poncet, Sébastien & Seyssiecq, Isabelle & Favier, Julien. (2016). Rheological Characterization of Macromolecular Colloidal Gels as Simulant of Bronchial Mucus.

Notre Mission

Innover pour améliorer la qualité de vie des patients souffrant de pathologies pulmonaires chroniques.

La modification de la rhéologie du mucus permet, dans les pathologies qui le rendent abondant et visqueux, d’améliorer le désencombrement bronchique.

Conclusions des simulations par le laboratoire M2P2 du CNRS :

Lors des tests effectués dans un tube représentant la génération 20 de l’arbre bronchique avec l’utilisation du Simeox, on observe une chute significative de la viscosité dynamique du mucus.

Comité de recherche

Sébastien Poncet

Ingénieur jr, Ph. D., HDR, Professeur agrégé - Sherbrooke Univertity CANADA

Titulaire de la Chaire de recherche du CRSNG en efficacité énergétique industrielle.
Sébastien Poncet dirige les recherches de PhysioAssist depuis 2011 dans le but de développer nos connaissances sur la rhéologie du mucus. Cette expertise permet l’optimisation du traitement du signal des appareillages médicaux de PhysioAssist et des ondes générées sur les voies respiratoires afin d’en parfaire l’efficacité.

Isabelle Seyssiecq

Ingénieur jr, Ph. D., HDR, Maitre de conférence - CNRS - Aix-Marseille Université

Isabelle Seyssiecq est spécialisée dans l’étude de la rhéologie des matériaux et l’optimisation des procédés. Isabelle Seyssiecq accompagne PhysioAssist depuis 2011 dans le développement de la maîtrise des technologies de la rhéologie du mucus bronchique. Elle produit les recherches in-vitro pour PhysioAssist.
Cette connaissance permet d'être de plus en plus efficace dans l’adaptation de nos dispositifs médicaux pour la modification de la structure du mucus des patients.

Julien Favier

Ingénieur jr, Ph. D., HDR, Maitre de conférence - CNRS - Aix-Marseille Université

Julien Favier est spécialisé dans les problématiques de turbulences et d’instabilité. Julien Favier accompagne PhysioAssist depuis 2013 dans le développement de ses appareils médicaux en produisant des études approfondies sur la diffusion du signal dans les bronches. La maîtrise de cette connaissance permet aujourd’hui au Simeox d’atteindre les voies les plus basses des patients.

Olivier Lafforgue

Ingénieur, Doctorant CIFRE PHYSIO-ASSIST - CNRS - Aix-Marseille Université

Equipe Instabilité, Turbulence et Contrôle
Étude de la rhéologie des mucus, approche expérimentale et numérique
M. Lafforgue coordonne la recherche au sein du CNRS et fait le lien avec PhysioAssist. Depuis 2014, il développe et améliore les modèles de PhysioAssist pour permettre d'améliorer les traitements et multiplier les applications de notre technologie.

à propos

Le soutien d'un pionnier du secteur

Patrick Sangouard

Patrick Sangouard, enseignant-chercheur en micro-électronique et physique des matériaux, est pionnier dans l’application du principe physique de thixotropie au domaine du vivant.

Suite au décès de ses deux enfants atteints de mucoviscidose, Patrick Sangouard a voulu apporter une amélioration de la qualité de vie pour ces patients grâce à son expertise scientifique.

Dès début 1987, il est le premier à penser à la « thixotropie » du mucus bronchique, propriété physique qui permet de le liquéfier sous l’influence d’un stimulus mécanique.

Lire la suite